Jeunes

Publié le par motalalune

encore un texte sortit du cerveau de mon grand-père le 30 décembre 2006, celui-là prète moins aux sourires...

 

JEUNES

 

OUI je suis né dans une banlieue

De Sarcelles ou de Venissieux

Ou d'ailleurs, on s'en fout un peu

On n'agresse même pas les vieux

Nous on fout pas l'feu aux voitures

Des braves gens qui bossent dur

Et qui souvent rasent les murs

Quand ils nous voient encagoulés

Marchant en bande dans le quartier

Surtout quand la nuit est tombée.

 

Mais je me sens très proches d'eux

On me prends pour un black, un beurre

Mais je suis blanc, c'est ma couleur

Sur mon scoot, on me croit un voleur

De sac à main, de kart-jacking,

Ou d'agresseur dans les parkings

Alors que j'suis un étudiant

Rentrant le soir chez mes parents

Me disputant assez souvent

Car un incompris je me sens.

 

Je vous en supplie Messieurs-Dames

Ne faites pas un amalgame

Rappelez-vous donc vos 16 ans

Et se qu'en pensait vos parents

Leurs amis ou bien les voisins

Qui vous prenaient pour un crétin

Et souvent pour un blouson noir

Quand vous trainiez sur le trottoir

Avec vos potes en mobylette

Tout le monde trouvait ça suspect

Alors vous alliez au café

Vous défouler sur le flipper

Mais chez les gens y avait la peur

Et ils tentaient de vous éviter.

 

Mais revenons à nos moutons,

Les conflits des générations,

L'heure de la mondialisation,

Le grand mélange des nations,

C'est comme ça et on n'y peut rien

Y a toujours les bons et les vauriens

La coke remplace le LSD

Et l'extasy le narguilé

Alors on prend ces saloperies

pour jouer les grands, qui eux aussi

Ont voulu s'affranchir de leurs parents

Qui fumaient bien de temps en temps

Pour se prouver qu'ils étaient grands

Mais ils n'étaient qu'adolescents

Comme nous le sommes, NOUS, à présent.

 

Papy de BLACKMOON

Publié dans mes proches

Commenter cet article